Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 00:04
 

Ils sont « fringants » les gendarmes dans leur bel uniforme : veste noire bordée d'un liseré rouge et fermée de boutons blancs, épaulettes blanches, fourragère blanche sur l'épaule gauche et ceinture jaune. Sur le pantalon bleu, ils portent de longues bottes noires et leurs mains sont revêtues d'une belle paire de gants en cuir jaune. Ils ont fière allure sur leurs chevaux, armés d'un fusil et portant un sabre à la ceinture. Le bicorne noir et banc renforce encore leur allure martiale et leur passage sur les chemins de campagne impressionne toujours.

Il ne reste plus au juge Louis Melchior Febvrel qu'à lancer une cédule, une citation en justice de paix, pour appeler les témoins susceptibles d'éclairer l'affaire au mieux. Il les verra ce mercredi 18 juin 1823, puis le jeudi 19 et les jours suivants, autant que nécessaire, pour leur déposition, en la mairie de Granges. Il entend 13 témoins : Jean-Baptiste Perrin, détenu à la prison de Granges, Dominique Villaumé, maire de Granges, Jean-Baptiste Michel, adjoint, Jean François Genay, sabotier, Nicolas Stouvenel, sabotier, Jean-Baptiste Perrin, manoeuvre, Jean Claude Villaume, cultivateur, Nicolas Ferry dit le grand Colas, Marguerite Mengeolle, veuve de la victime, Jean Georges Thiébaut, domestique et pâtre, Marie Anne Froitier, aubergiste, Laurent François Pierre, garde-champêtre et Marie Barbe Paxion épouse Morel, cabaretière.

Puis 6 autres le 19 : Pierre François Lalouette, garde général des Eaux et Forêts à Corcieux, Jean Nicolas Noël, maire de La Chapelle, Nicolas François Perrin, cultivateur à La Chapelle, Marie Anne Demangeon femme Perrin, de Rosé, Nicolas Georges Perrin, son fils et Jean Nicolas Villaume, de Rosé aussi.

 

L'audition commence le 18 juin :

  • Je me nomme Jean-Baptiste Perrin, je suis âgé de 20 ans, fils de Nicolas Georges Perrin cultivateur à Rosé, détenu en la prison de Granges. Depuis ce matin vers 2 heures, Ferry, Didier et Lejeal sont enfermés avec moi.

  • Auriez-vous entendu quelque chose pouvant éclairer cette affaire ?

  • Ils ont causé un peu entre eux, Ferry a toujours soutenu que c'était Lejeal qui avait donné le coup mortel avec un couteau à Baradel.

  • Et Didier ?

  • Ferry l'a apostrophé en lui disant qu'il n'oserait pas lui donner un démenti, que cela serait dangereux pour lui qui, jusqu'à présent, n'avait rien à se reprocher....Didier est resté muet, songeur.

  • N'omettez rien, il s'agit d'un crime et ne risquez pas de vous compromettre....

  • Le matin, au jour, la belle-soeur de Lejeal, Catherine Georgel, est venue à la fenêtre de la prison..... Elle lui a dit qu'il lui devait 150 Louis verbalement et elle lui réclamait un titre. Elle a dit ensuite des sottises au grand Colas et que ce pourrait bien être lui l'auteur de l'homicide de Baradel.

  • Hum, fit le juge, en réclamant ce titre précisément aujourd'hui, elle ne semble guère croire en l'innocence de son beau-frère ! On imagine même qu'elle craint de devoir dire adieu à ses Louis si Lejeal est inculpé …. Mais, dites-moi, pendant que j'interrogeais Ferry, Didier et Lejeal n'ont-ils pas conversé ensemble ?

  • Si, Monsieur le Juge, même que Lejeal a recommandé à son beau-frère de dire comme lui, que ni l'un ni l'autre n'était là quand Baradel avait reçu le coup mortel....

  • Ah, ah ….

Et il fit venir le second témoin :

  • Je me nomme Dominique Villaumé, 54 ans, maire de granges.

Et il répéta tout ce qu'il savait depuis la nuit où on l'avait réveillé pour lui apprendre le drame.

  • N'avez-vous rien à ajouter ?

  • Oui, Monsieur le Juge, j'ajoute que Claude Lejeal passe pour un peu « mâtin » lorsqu'il a bu et, qu'il y a environ six semaines, chez Morel, il a déjà voulu se saisir d'un couteau contre Baradel, j'ai moi-même assisté à la scène !

  • Merci, notez greffier, et qu'on aille quérir le témoin suivant ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Domm 31/01/2010 19:44


ohoh, ça se gâte, pas bon pour le présumé coupable...
La présomption d'innocence existait déjà à l'époque????
Bonne soirée à toi Claude


Vosgien 31/01/2010 20:03


Oui, elle existait mais j'imagine que la Justice devait forcément se passer de preuves qu'on peut aujourd'hui apporter....Alors les témoins à charge jouaient un rôle considérable.
Bonne soirée à toi aussi Dominique
Claude


Nettoue 31/01/2010 16:01


La justice était-elle rendu aussi aléatoirement que de nos jours ? En tous cas, elle était plus expéditive.
Bises Claude. Il fait toujours aussi froid, n'est-ce pas ?
Nettoue


Vosgien 31/01/2010 16:35


Toujours froid et beaucoup, beaucoup de neige !
Bises Nettoue
Claude
La Justice allait sans doute plus vite qu'aujourd'hui mais je ne sais pas si c'était mieux pour autant .... je ne sais pas non plus si c'était moins bien ! Je m'interroge ....


:0014:dom 31/01/2010 05:43



On sent l'embrouille et qu'il n'est pas prêt d'avouer ...
Bon dimanche ! Bisoux






Vosgien 31/01/2010 07:28


Ouais : têtu le bougre !
Bon dimanche + bises
Claude


zebu32 31/01/2010 04:34


Ca sent le sac de noeuds. La parole de l'un contre la parole de l'autre... Bises et bon dimanche tout blanc !


Vosgien 31/01/2010 07:26


Oh oui tout blanc et rebelotte pour la pelle à neige !
Bises et bon dimanche à toi
Claude


Présentation

  • : Le blog de Vosgien
  • Le blog de Vosgien
  • : Je vous propose de lire chaque jour ( si possible pour moi ) une page d'un roman que j'ai écrit après avoir découvert au hasard d'une promenade et lu sur une croix ( ou calvaire ) de chemin qu'un meutre avait été commis au 19 ème siècle à cet endroit..... J'ai voulu en savoir plus....
  • Contact

Recherche

Liens